14.10.14

Conte de fées


Ebola, c'était un garçon qui avait toujours faim. Il mangeait et mangeait, mais il n'était jamais satisfait. Il n'était plus un petit garçon, il était presque un adolescent. Il habitait dans un village près de la Normandie et avait deux frères et une soeur. Un jour, il décide de quitter sa petite maison rose et toute sa famille pour aller découvrir le vaste monde. Quelqu'un lui avait dit que dans les pays les plus éloignés les gens mangeaient les choses les plus désagréables et que, s'il arrivait à essayer ses choses désagréables, son problème disparaîtrait. Donc un beau jour quand le soleil se levait notre héros va sortir sans être aperçu et va quitter sa maison bleue, ou rose, son village d'enfance, tout ce qu'il connaît pour aller traverser un pays de rêve, le pays des chats en pierre, où  habite un tout méchant chat à rayures noires, un vrai chat, le chat Moscatel.

Le chat Moscatel est anorexique et hait les enfants gros. Il déteste Ebola et va lui faire traverser la mer de sable. Ce que Moscatel ne sait pas, c'est que, en fait, ça va faire du bien à Ebola, qui va perdre tous ses kilos de plus. Mais non, ne nous trompons pas, il le savait, il voulait tuer Ebola.

Mais comme dans chaque histoire inspirée d'une vie, il y a aussi de la bonne chance dans le monde, des coeurs aimants, et Ebola va trouver un bel oiseau gris, un petit-gris, qui va chanter et qui va l'aider et qui va le nourrir tout en volant vite, vite, avec vivacité.

Notre Ebola va essayer finalement un plat qui a mauvais goût: du sésame. C'est l'horreur. Il doit manger trois plats entiers de sésame. Chaque plat fait seulement une graine de poids en totale et pourtant est complètement plein!

Épreuve surmontée. Ebola arrive dans le sud. C'est chaud, c'est joli, c'est le sud. Il voit un palais blanc, il a faim mais rien comme d'habitude. Il va entrer pour mendier parce qu'il a besoin d'argent pour rentrer chez lui et aussi pour manger un peu. Il est  bienvenu, il est invité à manger dans la cuisine. Là, travaille une fille un peu plus âgée que lui qui va lui offrir des fruits merveilleux comme des framboises brillantes ou des figues veloutés. Notre garçon saura qu'il est amoureux. Il n'a plus faim. Il veut juste embrasser Cécile, son amoureuse, la fille cuisinière.

Il ne reviendra jamais dans son pays. Plutôt il va écrire ses mémoires en papier. Il n'achètera pas non plus d'ordinateur portable. L'odeur des livres et de Cécile lui fait penser à Moscatel.

L'amour n'est pas désagréable, au contraire. L'amour, c'est la maladie de ceux qui sont en bonne santé. Moscatel le savait et volait. 

No hay comentarios: