29.10.12

Un poème de Michel Houellebecq


Si calme, dans son coma,
Elle avait accepté une certaine prise de risque 

(Comme on soutient parfois le soleil, et son disque, 
Avant que la douleur devienne trop cruelle), 
Supposant que chacun était semblable à elle,
Mais naturellement ce n'était pas le cas.


Elle aurait pu mener une vie douce et pleine 
Parmi les animaux et les petits enfants
Mais elle avait choisi la société humaine,
Et elle était si belle à l'âge de dix-neuf ans.


Ses cheveux blonds sur l'oreiller 
Formaient une auréole étrange, 
Comme un intermédiaire de l'ange 
Et du noyé.

Si calme, définitivement belle,
Elle soulevait à peine les draps
En respirant ; mais rêvait-elle?
Elle semblait heureuse, en tout cas. 


Michel Houellebecq, Poésies

No hay comentarios: